L’ADEME et le constructeur d’autocars Scania ont réalisé une campagne de mesures afin de comparer les émissions de polluants sur les autocars au gaz naturel, à l’éthanol et au diesel respectant la norme européenne sur les émissions « Euro 6 ».

En décembre dernier, les partenaires ont embarqué des analyseurs de gaz dans les véhicules et mesuré, en temps réel, les émissions en sortie du pot d’échappement. Les mesures ont été réalisées au cours de roulages reproduisant les conditions réelles d’utilisations des autocars (45% en zone urbaine, 25% sur route et 30% sur autoroute). Chaque véhicule a ainsi roulé environ 800 kilomètres. Les émissions de CO2, CO, HC, NO, NOx et la consommation de carburant du véhicule ont été mesurées.

A noter : les trois types de véhicules présentaient des caractéristiques techniques relativement similaires à quelques détails près. Ainsi, les véhicules diesel et éthanol étaient équipés de boites de vitesses automatiques à glissement alors que la version gaz l’était avec une boite robotisée, réputée être plus favorable à une diminution de la consommation. Par ailleurs, la puissance des moteurs des véhicules diesel et gaz était de 320 chevaux et celle du véhicule éthanol de 280

Premier constat : les niveaux d’émissions de CO (monoxyde de carbone) et HC (hydrocarbures) sont très faibles quel que soit le véhicule et surtout très inférieurs à ceux fixés par la norme Euro 6.

Emissions de CO (gauche) et HC (droite) par type de motorisation (g/kWh)

Pour les émissions de NOx (oxydes d’azote), là encore les trois véhicules respectant de loin la norme Euro 6 (de 2,5 à 11,5 fois plus faibles). Cependant, l’autocar éthanol émet environ la moitié des émissions de NOx de l’autocar Diesel, et l’autocar GNV un quart.

Emissions de NOx par type de motorisation (en g/kWh)

Les partenaires se sont ensuite intéressés aux émissions de CO2 (dioxyde de carbone) et aux consommations de carburant. Pris « du réservoir à la roue » (c’est-à-dire uniquement liées à la combustion du carburant), les émissions de CO2 sont très proches pour l’autocar éthanol et l’autocar diesel. Un léger avantage apparaît pour l’autocar GNV qui peut émettre jusqu’à 14% de CO2 en moins en usage de type extra-urbain.

Emissions de CO2 par type de motorisation (en gCO2/100km)

A noter que dans certaines situations, l’autocar éthanol peut consommer jusqu’à 75% de plus que l’autocar diesel. En cause : un PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur) plus faible de l’éthanol.

Consommation de carburant par type de motorisation (en L/100km pour l’éthanol et le diesel et en kg/100km pour le GNV)

Prises « du puits à la roue » (soit pendant la phase de production du carburant et d’utilisation du véhicule), les émissions de CO2 sont réduites de 88% pour la filière éthanol par rapport à la filière gazole de référence. En cas d’utilisation de BioGNV, on réduit de 75% les émissions totales de CO2 par rapport à l’utilisation de GNV fossile.

Emissions de CO2 du puits à la roue par type de motorisation (en kgCO2/100km)

Mesures des émissions de polluants des autocars Euro 6 au gaz naturel, à l’éthanol et au diesel – Ademe / Scania – Mars 2018