Tous les acteurs régionaux sont invités à déposer leurs engagements dans le cadre de la BreizhCop. Parmi ceux-ci, de nombreuses collectivités ont affiché leur volonté d’appuyer la transition énergétique des transports, notamment au travers de la production de biogaz sur leur territoire et du déploiement de flottes de véhicules au bioGNV. Tour d’horizon…

Portée par la Région, la BreizhCop est une démarche de co-construction d’un nouveau projet de territoire pour la Bretagne, intégrant les partenaires institutionnels, acteurs socio-économiques et citoyenne·s. L’ambition : maîtriser et accélérer la mise en œuvre de toutes les transitions en Bretagne, qu’elles soient écologique, climatique, économique ou sociétale. Au-delà de sa partie réglementaire, la BreizhCop propose à l’ensemble des acteurs régionaux de s’engager librement afin de contribuer à l’atteinte d’un ou de plusieurs des 38 objectifs de la Breizh Cop.

A la mi-juillet, 5666 engagements ont ainsi été déposés en ligne par les acteurs publics ou privés, les associations ou les citoyens. Parmi ceux-ci, de nombreuses collectivités ont affiché leur soutien au développement du bioGNV.

BioGaz : production et consommation sur le territoire

Différents acteurs se sont ainsi engagés sur la question de la transition énergétique des transports. Pour le gaz, les acteurs du territoire souhaitent clairement miser sur le développement de la production de biogaz au travers de la méthanisation et son utilisation en local, notamment pour le transport.

Ainsi, GRDF a affiché sa volonté de développer la production de gaz renouvelable via le développement des installations de production de biométhane (140 projets recensés en mars 2019) et les usages du biogaz breton pour une mobilité de plus en plus décarbonée. De leurs côtés, le Pôle Energie Bretagne (PEB) et les différents Syndicats Départementaux d’Energie (SDE) mettent en avant la construction d’un premier réseau de 18 stations d’avitaillement et leur engagement dans le domaine de la méthanisation.

Vers une complémentarité des énergies

L’hydrogène est aussi dans les tuyaux et dans les réflexions des acteurs régionaux. Ainsi, le PEB et les syndicats départementaux d’énergie sont impliqués dans la réflexion sur ce nouveau vecteur énergétique. Morbihan Energies a d’ailleurs inauguré, en 2017, sa station hydrogène fonctionnant grâce à l’électricité renouvelable produite par une mini-éolienne et des panneaux photovoltaïques. Le SDE35 collabore actuellement avec Rennes Métropole et avec La Roche-aux-Fées communauté (35) pour la mise en place de plusieurs projets autour de la production (et utilisation) d’hydrogène renouvelable.

Si les acteurs bretons misent sur le biogaz, c’est plutôt la complémentarité des énergies décarbonées qui est visée. Ainsi, sur le Finistère, le SDEF, aussi engagé dans la BreizhCop, met en avant ses travaux sur la mise en place d’un réseau de bornes de recharge pour véhicules électriques, de stations GNV/BioGNV et hydrogène, son soutien à la production local de BioGNV et sa participation dans les projets favorisant le développement de la production d’hydrogène propre sur le territoire.

Les collectivités sont aussi largement impliquées et visent une conversion rapide de leurs flottes de véhicules. Ainsi, le Smictom des forêts (35) s’engage à passer ses Bennes à Ordures Ménagères (BOM) au GNV dès que possible. Il accompagne en parallèle un projet de station-service GNV à Liffré (35). Montfort communauté (35) commandera aussi des véhicules GNV et accompagne la création d’une station GNV prévue sur son territoire. Dans le Finistère, la Communauté de Communes du Pays d’Iroise (35) entend, elle aussi, favoriser le développement du transport au bioGNV et Brest métropole entend faire muter son parc de bus vers du « 100% propre » (électique en urbain, bioGNV en interurbain), et ce, en moins de 10 ans.

Questembert Communauté (56) va aussi convertir une partie de la flotte de véhicules communautaires. Plusieurs services emblématiques de la collectivité sont ainsi aujourd’hui équipés ou en passe de l’être : une voiture électrique pour la Petite Enfance et l’Espace Autonomie Sénior, une pour le Service Environnement (Énergie et Déchets), un fourgon hybride GNV pour le relais des médiathèques et projet d’achat d’une benne à ordures ménagères GNV d’ici 2020. L’installation d’une borne de recharge lente au sein du Parc technique est également programmée.

Roche aux Fées Communauté (35) a aussi souhaité s’impliquer pour déployer une « mobilité décarbonée multi-énergies » (BioGNV, hydrogène vert et électricité renouvelable). Objectifs : développer une première station multi-énergie pour les véhicules routiers sur une zone d’activité industrielle, mobiliser et accompagner les gestionnaires de flottes du territoire et soutenir l’expérimentation d’un train hydrogène sur la ligne SNCF Rennes – Châteaubriant.

Golfe du Morbihan – Vannes agglomération a acheté des véhicules de collecte de déchets ménagers au bio-GNV en substitution du diesel et vise l’acquisition de véhicules à hydrogène. L’agglomération vise aussi à faire de GMVA un territoire d’expérimentation de production d’hydrogène (PCAET) : station de distribution avec perspective de production locale, notamment à partir d’énergie photovoltaïque.

De son côté, Pontivy Communauté veut articuler les politiques de nouvelles mobilités avec les enjeux de l’air. Pour cela, la collectivité va poursuivre la mise en œuvre de son plan global de déplacement, et faciliter le déploiement de stations à carburant alternatif (GNV, hydrogène, …)