Les députés de la commission de l’environnement du Parlement européen ont proposé un projet de texte visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre des camions et des bus. S’il est accepté, les constructeurs de poids lourds devront réduire de 35% les émissions de CO2 de leur véhicules d’ici 2030.

La Commission Environnement (ENVI) du Parlement européen s’est penché sur la proposition de règlement, présentée par la Commission européenne le 17 mai 2018, fixant, pour la première fois, des normes de performance en matière d’émissions de CO2 pour les véhicules lourds neufs (poids lourds, cars et bus). La proposition demandait aux constructeurs de réduire de 30% les émissions moyennes de CO2 des nouveaux poids lourds immatriculés dans l’UE en 2030, avec un objectif intermédiaire de 15% d’ici 2025.

La Commission ENVI propose d’aller encore plus loin. Les eurodéputés ont en effet adopté, par 47 voix pour et 6 voix contre, le rapport établi par l’eurodéputé néerlandais Bas Eickhout, qui préconise une réduction de 20% des émissions de CO2 d’ici 2025 et de 35% en 2030.

Par ailleurs, si le texte est définitivement adopté par le Parlement, les constructeurs devront garantir que des véhicules à zéro ou faibles émissions (c’est-à-dire dont les émissions sont de -50% au minimum) représentent 20% de la part des ventes du marché des nouvelles voitures et camionnettes d’ici 2030, et 5% en 2025.

La commission de l’environnement a aussi ajouté les bus urbains dans le champ d’application de la proposition, et proposé que 50% des nouveaux bus soient électriques à partir de 2025, et 75% d’ici 2030.

Pour le rapporteur, Bas Eickhout (Verts/ALE, NL), « les constructeurs de camions doivent commencer à investir dans des véhicules propres. L’Union européenne doit passer la vitesse supérieure pour devenir une pionnière de la protection du climat dans le trafic routier. »

Le Parlement réuni en plénière se prononcera sur cette proposition courant novembre.

Les poids lourds après les véhicules légers

Cette décision arrive quelques semaines après que le Conseil européen a arrêté sa position sur un règlement applicable, lui, aux voitures particulières et aux véhicules utilitaires légers neufs.

Le texte prévoit que les émissions moyennes de CO2 des voitures particulières neuves immatriculées dans l’UE devront être inférieures de 15 % en 2025 et de 35 % en 2030, par rapport aux limites d’émission en vigueur en 2021. En ce qui concerne les utilitaires, le Conseil retient les objectifs proposés par la Commission européenne, à savoir -15 % en 2025 et -30 % en 2030.