Dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA), l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) vient de lancer le deuxième appel à projet « Solutions intégrées de mobilité GNV ». Il vise à financer des projets permettant l’émergence, sur le marché du transport routier, d’ « offres globales » de mobilité utilisant le Gaz Naturel Véhicule (GNV).

L’intérêt des solutions GNV

Le développement du Gaz Naturel Véhicule pour le transport lourd de personnes et de marchandises est une opportunité pour la Bretagne. Au-delà de ses bénéfices environnementaux, l’enjeu est aussi de préparer la compétitivité de la filière avec un carburant alternatif au gasoil. Sous l’impulsion des métropoles prévoyant l’interdiction progressive des véhicules les plus polluants dans leurs centres urbains, puis des donneurs d’ordre chargeurs, l’enjeu pour les acteurs du transport est d’anticiper cette transition énergétique.

La Bretagne à travers son potentiel de valorisation de sa biomasse a également l’opportunité de réduire sa dépendance énergétique en produisant localement un carburant d’origine renouvelable pour le transport.

La démarche bretonne

Plusieurs initiatives bretonnes menées depuis 2015 ont permis de montrer l’intérêt des acteurs du transport pour ce nouveau carburant. L’appel à projet national « Solutions intégrées de mobilité GNV » est l’opportunité d’amorcer le GNV en Bretagne et d’utiliser ces premiers usages comme démonstrateur afin de viser un déploiement.

Le collectif d’acteurs bretons de l’écosystème du GNV, regroupant aujourd’hui la Région Bretagne / BDI, les syndicats d’énergies bretons, Créativ, la FNTR, la FNTV, TLF, GRDF, GRTGaz et Bretagne Supply Chain, souhaite répondre collectivement à l’appel à projets de l’Ademe.

Pourquoi un appel à projets

Dans une logique de réduction de leur impact environnemental, les acteurs du transport routier se positionnent aujourd’hui pour se doter de camions utilisant le gaz comme carburant.

Néanmoins, cette volonté se heurte à la faiblesse de l’infrastructure d’avitaillement sur le territoire, au surcoût à l’achat des véhicules à motorisation GNV et à la faiblesse de leur valeur terminale.
Consciente de cette difficulté, l’Ademe veut ainsi soutenir des offres innovantes de mobilité GNV qui traitent de manière innovante ces problématiques, et permettent à des groupements d’acteurs (énergéticiens, logisticiens, transporteurs…) de déployer simultanément sur des territoires des stations GNV et des flottes de véhicules s’y avitaillant.

Quelles aides pour quels projets

Pour être éligible à ce dispositif, les projets devront comporter au moins 5 stations publiques d’avitaillement et un nombre de véhicules acquis et mis en circulation au moins vingt fois supérieur au nombre de stations implantées. Seuls les véhicules de transport routier de marchandises du type camions (porteurs ou tracteurs), fourgons, utilitaires sont éligibles.

L’aide financière apportée par le Programme d’investissements d’avenir à chacun des projets sélectionnés sera calculée sur une base forfaitaire de maximum 300 k€ par lot complet (1 station, 20 véhicules). Elle sera constituée au maximum de 200 k€ de subvention pour l’achat des véhicules et 100 k€ d’avances remboursables pour les stations.

L’agence va ainsi subventionner l’achat de véhicules au GNV jusqu’à 10.000 euros. C’est une opportunité pour les acteurs régionaux pour le déploiement du GNV en Bretagne.

Le dossier qui sera déposé début septembre par le collectif régional intègre des projets de stations de recharge investies par les syndicats d’énergie (voir annexe) et des intentions d’achat de véhicules par les entreprises bretonnes. C’est pourquoi BSC vous propose, si vous êtes intéressé par ces solutions, de nous transmettre une lettre d’intention signifiant votre intérêt pour l’achat de véhicules au GNV.

Pour plus de renseignements sur le GNV et sur l’appel à projets et pour étudier l’opportunité économique et environnementale d’une telle solution pour votre entreprise, n’hésitez pas à nous contacter.