La neige n’aura pas eu raison de la fréquentation du salon Biogaz Europ qui s’est tenu les 7 et 8 février au parc des Expositions de Nantes. 4000 visiteurs professionnels étaient attendus sur les deux jours : agriculteurs, porteurs de projet, professionnels de l’agro-alimentaire, du traitement de l’eau, de l’énergie, collectivités locales et décideurs politiques. Les exposants, dont une quinzaine de bretons, regroupent des fabricants ou fournisseurs de composants d’usine, des planificateurs ou fabricants d’usines de biogaz, des activités de services… Des conférences s’enchaînent pendant toute la durée du salon, l’occasion pour la profession de partager les évolutions d’un secteur en pleine transition.

Table ronde : les perspectives de développement du biométhane en France

En 10 ans, l’Ademe a subventionné 548 projets de cogénération et 117 en injection soit 18% des projets pour un montant total de 269 millions d’euros d’aides. En 2018, 168 projets ont été déposés. Preuve en est que la dynamique de la filière de méthanisation s’accélère en France. La phase d’émergence s’achève, les acteurs sont motivés et maitrisent mieux le modèle. La montée en puissance devrait s’opérer pleinement à partir de 2024 grâce à la standardisation des projets et des pratiques en particulier dans le monde agricole.

Fin janvier, 45 sites injectaient dans le réseau dont 40 pour GRDF, 3 pour GRTGaz, 2 pour Réseau gaz de Strasbourg (RGDS) et 1 pour TIGF. Les chiffres évoluent constamment.

La ressource est dans les territoires ruraux ; les réseaux sont dans les villes en périurbain. Voici l’équation à laquelle les acteurs du réseau sont confrontés. Un défi se présente à GRT Gaz, celui de l’adaptation de ses réseaux pour absorber la production de BioGNV.  Demain, la production sera décentralisée. Le biométhane remontera du réseau de distribution vers le réseau de transport. La capacité de stockage du réseau de transport a suscité des questions. Il faudra faire appel à de nouvelles solutions dites « rebours » qui permettront de stocker le gaz vert dans des poches souterraines naturelles.

Nous assistons à la 3ème révolution gazière celle du gaz vert produit localement. Elle va bouleverser les équilibres et les rapports de force. La tribune présente estime qu’en 2030, il y aura 30% de gaz vert dans le réseau et 100% en 2050. Le gaz vert replace les territoires au cœur du processus de production de l’énergie. Des choix seront à faire au niveau des territoires en terme de stratégie de production de chaleur, d’électricité et de biogaz. Les collectivités ont aujourd’hui l’opportunité de faire du biogaz un outil d’aménagement au service du développement local d’où l’importance déterminante de la planification et des schémas régionaux pour équilibrer le mix énergétique.

 

Table ronde : technologies et perspectives futures

Le gaz présente beaucoup d’atouts dont celui d’avoir une production prévisible et stockable contrairement aux énergies renouvelables intermittentes par nature. Comment produire du Gaz vert ? Les perspectives de développement et d’innovation sont nombreuses. La profession parle de sauts technologiques et ne manque pas de projets : pyrogazéification, Power-to-Gas, méthanisation issue de la production industrielle de micro-algues…

Selon ENGIE, la gazéification est une solution prometteuse, encore au stade expérimental, une filière en voie d’industrialisation. Tous les gros pays consommateurs de gaz s’y mettent. En France, la filière s’organise. D’ailleurs, un club pyrogazéification est en formation (environ 80 membres).

La technologie Power-To-Gas permet de transformer de l’eau et de l’électricité en gaz vert par électrolyse de l’eau puis méthanation (ajout de CO2). Des installations sont en cours d’expérimentation comme le projet Jupiter 1000 en Région PACA.

Les perspectives sont stimulantes. Les technologies doivent trouver leur modèle économique et s’adapter aux gisements, aux besoins régionaux et aux réseaux. Entendu au salon, « L’intelligence de la technologie choisie est dans l’intégration au territoire ». À l’année prochaine !

En images, Consultez notre infographie

> www.biogaz-europe.com