La mise en service du premier poste pilote dit de « rebours » est effective depuis novembre dernier à Noyal-Pontivy. Cette installation permet de comprimer et de faire remonter le surplus de biométhane du réseau de distribution vers le réseau de transport. Il sera utilisé quand l’injection de gaz dans le réseau de distribution est supérieure aux consommations, ce qui est déjà le cas depuis quelques semaines.

Le rebours : une technique qui va maximiser l’intégration des énergies renouvelables gaz

À ce jour, entre quatre et cinq projets d’injection de production de biométhane sont prévus aux alentours de Noyal-Pontivy, pour une production qui pourrait atteindre, à terme, 1300 Nm3/h. Seuls un à deux projets seraient viables sans le poste de rebours déployé par GRTGaz. L’explication ? Lors des mois d’été, lorsque la consommation de gaz est faible, la production excédentaire de biométhane ne peut être absorbée par les consommations locales et les producteurs sont forcés de réduire fortement leur production.

Le rebours de Noyal-Pontivy permet aujourd’hui de développer les capacités d’injection de biométhane dans la commune et au-delà. La station pilote, située entre le réseau de distribution et le réseau de transport, permet d’exporter les excédents de production injectés sur le réseau de distribution vers le réseau de pression supérieur, soit le réseau de transport GRTgaz. Le biométhane pourra ainsi être réinjecté et distribué aux territoires voisins qui en auront besoin.

Cette technique, rendue possible grâce à un réseau désormais bi-directionnel, favorisera une meilleure maîtrise et répartition de la production et de la consommation de gaz.

La station de rebours de Noyal-Pontivyest opérationnelle depuis le 8 novembre 2020.

Depuis la fin mai, avec l’arrivée des beaux jours, la production de biométhane de Pontivy Communauté est devenue excédentaire. Pour la 1ère fois en France, une station de rebours a ainsi permis de faire remonter ce gaz vert du réseau de distribution GRDF vers le réseau de transport GRTgaz, pour être consommé par les territoires voisins.

Une seconde station pilote de rebours est également en cours de création à Pouzauges, en Vendée.

Un développement ambitieux du biométhane d’ici 2030

La mise en service de ce poste de rebours contribue au développement de la filière biométhane souhaité dans le cadre de la Loi de Transition Énergétique vers une Croissance Verte publiée en 2015. Elle prévoit notamment que la part de gaz d’origine renouvelable représente 10% de la consommation de gaz naturel en 2030. Dans ce contexte, les régions françaises accueillent de plus en plus d’installations d’injection de biométhane. En Bretagne, son développement s’accélère : fin 2019, 12 sites injectaient du biométhane dans les réseaux gaziers pour une capacité de production de 183 millions de kWh par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 15 500 foyers. Ils étaient 4 en 2017. Un développement qui devrait continuer de croître puisque 60 projets représentant 775 millions de kWh par an sont enregistrés, soit une multiplication par 4 du potentiel de production.