Lors du dernier Conseil communautaire de l’année, les élus ont voté, sous conditions, la conversion d’une partie de la flotte de la collectivité vers le gaz.

Dans le Finistère, le Syndicat Départemental d’Energie du Finistère (SDEF) a coordonné les réponses aux différents appels à projets lancés par l’Ademe pour le développement de stations sur le territoire. Pour rappel, ces réponses vont permettre la construction des stations de Quimper, Brest-Guipavas, Morlaix-Saint Martin des Champs, Carhaix-Plouguer et Landivisiau et de financer une partie du surcoût d’acquisition des véhicules.

A Quimperlé aussi, la solution intéresse. L’agglomération mène depuis de nombreuses années une politique volontariste en matière d’économies d’énergie et de développement des énergies renouvelables. Celle-ci devrait se renforcer dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Climat Air Energie Territorial.

Lors du dernier Conseil communautaire de l’année 2018 pour Quimperlé Communauté le 20 décembre dernier, la collectivité a souhaité prendre part au développement de cette solution alternative aux carburants traditionnels. Face à la promesse du SDEF d’implanter une station dès lors qu’une vingtaine de véhicules prévoient de l’utiliser, les élus ont proposé qu’une partie de la flotte publique soit convertie au GNV dans les prochaines années.

Ce sont ainsi quatre bennes à ordures, quatre utilitaires dédiés au portage des repas et un véhicule du service eau-assainissement qui pourraient basculer vers le gaz dans les cinq ans suivant la construction de la station. Auxquels s’ajouteraient deux véhicules légers, deux utilitaires et un poids lourd de 19t.

Le Conseil a aussi rappelé que dans le cadre du renouvellement de la DSP transport, le futur délégataire aura pour objectif d’acheter huit bus au GNV.