Le Ministère chargé de l’écologie a annoncé la mise en place d’un nouveau dispositif d’encadrement de la circulation dans l’agglomération parisienne, « plus rapide et plus efficace », en cas de pic de pollution.

Le nouveau système prévoit :

  • Le déclenchement de la circulation différenciée automatiquement en cas de pic de pollution (atteinte du seuil d’alerte ou dépassement persistant, pendant 2 jours au moins, du seuil d’information et de recommandation). Son déclenchement n’était jusqu’alors pas obligatoire et laissé à l’appréciation des préfets.
  • Dès mise en œuvre de la circulation différenciée, l’interdiction de l’accès à l’agglomération parisienne (à l’intérieur de l’A86, non comprise) aux voitures diesel antérieures à 2010 et aux voitures essence antérieures à 2005 (vignettes Crit’Air 3, 4, 5). Il était jusqu’alors uniquement interdit aux vignettes Crit’Air 4 et 5.

Cette mesure doit concerner un tiers des véhicules en circulation et permettre de réduire les émissions de polluants d’environ deux tiers.

Le nouveau dispositif annoncé par les ministres sera donc déployé dès cette semaine par le Préfet de police de Paris, dans le cas où les niveaux d’ozone, constatés ou prévus, le justifieraient.

A l’occasion de cette annonce, le Ministère a aussi demandé que cette automaticité soit mise en œuvre dans l’ensemble des grandes agglomérations françaises confrontées au risque de pollution.

Le communiqué de presse du Ministère précise par ailleurs que le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM), qui vient d’être adopté par l’Assemblée nationale en 1ère lecture et dont la parution définitive est attendue durant l’été, prévoit de rendre systématique la prise de mesures de restriction de circulation en cas de pic de pollution.