L’agglomération lorientaise mise sur l’hydrogène et le GNV pour la transition énergétique de ses bus.

Lorient Agglomération s’est engagée dans la transition énergétique de sa flotte de bus pour tendre vers la suppression complète du gazole à terme. Pour amorcer la décarbonation de son parc, le territoire entend privilégier une flotte composée de 80% de bus GNV et 20% de bus à hydrogène.

C’est dans le cadre de la création d’un écosystème territorial que Lorient Agglomération entend mettre en place des stations de distribution d’hydrogène et renouveler sa flotte de bus et de bateaux. La création d’une filière de production, de distribution et d’usage de l’hydrogène sur le territoire est ainsi à l’étude.

« Lorient Agglomération ne doit pas manquer ce rendez-vous pour devenir le pôle de référence de cette nouvelle énergie propre, de la production aux usages, qui a la capacité de constituer tout un écosystème économique intégré qui mobilisera de nouvelles activités pourvoyeuses de nombreux savoirs et emplois pour le pays de Lorient. »

Fabrice Loher, président de Lorient Agglomération.

Côté maritime, Lorient Agglomération a donc lancé un projet de rétrofit du bateau Ar Vag Tredan, en arrêt depuis l’été 2019, et l’acquisition d’un bateau à passagers électrique à hydrogène à échéance de 2023. Le coût global de l’opération (hors travaux à terre et maintenance annuelle) est évalué à 2 millions d’euros pour le rétrofit et 5 millions pour la construction du futur navire.

Bus Hydrogène devant la Maison de l’agglomération de Lorient © Lorient Agglo – Sonia Lorec

Un futur parc de bus à hydrogène et au gaz (GNV)

Douze bus électriques à hydrogène devraient également être mis en service d’ici 2025. Ce délai doit permettre de lancer les appels d’offres, de construire les véhicules, de mettre en place les trois stations de distribution d’hydrogène prévues à Lorient et notamment celle au centre de dépôt de bus de la CTRL et de réaliser les travaux d’aménagement d’une zone spécifique à la maintenance de ces nouveaux bus. L’investissement total estimé est de 15 millions d’euros.

En phase d’amorçage de la décarbonisation du parc de bus, Lorient Agglomération va toutefois privilégier une flotte composée de 80% de bus GNV et 20% de bus à hydrogène.

Dans ce cadre, l’agglomération vient de lancer un appel d’offres pour l’implantation d’une station de distribution GNV/bioGNV et l’adaptation des infrastructures du dépôt de bus de Quéven. Les dix premiers bus GNV sont attendus dès juin 2022, avant d’atteindre 25 bus à terme. La transition de la flotte diesel vers le bioGNV se fera progressivement jusqu’en 2024.