L’OTRE et la FNTR viennent de dévoiler des solutions pour accompagner les entreprises dans l’acquisition de véhicules au GNV.

Dans le cadre d’une convention de partenariat avec la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR), Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels (E&I), filiale du groupe Arkéa, va mobiliser une enveloppe de 50 M€ de prêts à taux bonifiés pour financer les investissements « responsables » des entreprises adhérentes à la FNTR.

Conclue pour une période d’un an, la convention vise à favoriser l’investissement des entreprises dans des véhicules de transport de marchandises au GNV et au BioGNV ou dans tout autre projet permettant la réduction de la consommation énergétique.

L’OTRE et le Crédit coopératif, main dans la main

De leur côté, l’OTRE et le Crédit Coopératif ont co-construit « PREVair Personnes Morales Véhicules Propres », une solution de financement pour toutes les entreprises de transport routier désireuses de s‘équiper en véhicules propres (électriques, gaz, hybrides…) et ce pour l’ensemble de leur flotte (poids lourds, véhicules utilitaires, bus, car…).

La Société d’Économie Mixte (SEM) Énergies 22 a officiellement vu le jour fin décembre dernier. Présidée par Dominique Ramard, elle aura pour mission d’impulser et d’accompagner la production d’énergies renouvelables dans les Côtes d’Armor, à travers quatre champs d’intervention majeurs dont le GNV.

Le Syndicat Départemental d’Energie des Côtes d’Armor (SDE 22) a souhaité la création d’une SEM pour développer les énergies renouvelables sur le département. Le SDE 22 en est l’actionnaire majoritaire (60 %), accompagné de la Caisse des dépôts (15 %), des banques Crédit Mutuel Arkéa (5 %), Crédit Agricole (5 %) et Caisse d’Epargne (5 %) et des entreprises locales Le Du Industrie (5 %) et Sturno (5 %).

Associer et fédérer les acteurs locaux

Dans les trois à quatre ans, la SEM Energies 22 devrait participer à la production costarmoricaine d’énergie, à hauteur de 150 Gwh/an. L’appropriation locale des projets devrait permettre également de créer une dynamique économique en Côtes d’Armor : nouvelles filières, emplois, autonomie énergétique…

Les projets développés concerneront quatre champs d’intervention : l’éolien, le photovoltaïque, la méthanisation et le gaz naturel véhicules. Sur ce dernier sujet, la SEM portera la construction des quatre stations GNV prévues à l’horizon 2020 à Saint-Brieuc, Lamballe, Dinan et sur le territoire de Leff Armor Communauté. Énergies 22 entend ainsi porter le développement de la mobilité gaz et soutenir les projets novateurs, où l’offre privée n’irait pas seule. Enfin, la SEM entend favoriser l’introduction du biogaz local comme nouveau carburant

Lors du dernier Conseil communautaire de l’année, les élus ont voté, sous conditions, la conversion d’une partie de la flotte de la collectivité vers le gaz.

Dans le Finistère, le Syndicat Départemental d’Energie du Finistère (SDEF) a coordonné les réponses aux différents appels à projets lancés par l’Ademe pour le développement de stations sur le territoire. Pour rappel, ces réponses vont permettre la construction des stations de Quimper, Brest-Guipavas, Morlaix-Saint Martin des Champs, Carhaix-Plouguer et Landivisiau et de financer une partie du surcoût d’acquisition des véhicules.

A Quimperlé aussi, la solution intéresse. L’agglomération mène depuis de nombreuses années une politique volontariste en matière d’économies d’énergie et de développement des énergies renouvelables. Celle-ci devrait se renforcer dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Climat Air Energie Territorial.

Lors du dernier Conseil communautaire de l’année 2018 pour Quimperlé Communauté le 20 décembre dernier, la collectivité a souhaité prendre part au développement de cette solution alternative aux carburants traditionnels. Face à la promesse du SDEF d’implanter une station dès lors qu’une vingtaine de véhicules prévoient de l’utiliser, les élus ont proposé qu’une partie de la flotte publique soit convertie au GNV dans les prochaines années.

Ce sont ainsi quatre bennes à ordures, quatre utilitaires dédiés au portage des repas et un véhicule du service eau-assainissement qui pourraient basculer vers le gaz dans les cinq ans suivant la construction de la station. Auxquels s’ajouteraient deux véhicules légers, deux utilitaires et un poids lourd de 19t.

Le Conseil a aussi rappelé que dans le cadre du renouvellement de la DSP transport, le futur délégataire aura pour objectif d’acheter huit bus au GNV.

En partenariat avec GRDF, le lycée privé Ozanam de Cesson-Sévigné (35) intègre le GNV à ses formations.

Début novembre, dans le cadre d’un partenariat avec GRDF, le lycée a reçu sa toute première voiture roulant au GNV (Gaz Naturel Véhicule).

Le lycée F. Ozanam étant le premier établissement de Bretagne disposant d’un tel véhicule,  il va permettre aux étudiants de se former aux techniques et aux spécificités des transports à bi-carburation GNV/Essence.

La métropole rennaise recherche un.e ingénieur.e qui sera chargé.e du déploiement des bus au gaz et du projet de nouveau dépôt de bus.

Sous l’autorité du responsable du Service Métro et Investissements Transports, l’agent aura en charge la transition énergétique des lignes métropolitaines de bus vers le gaz. A partir de l’étude menée actuellement par le Syndicat Départemental d’Energie d’Ille-et-Vilaine (SDE35), il devra définir un schéma-cible de l’approvisionnement énergétique des véhicules des transporteurs sous-traitants du délégataire de Rennes Métropole. Pour chaque site d’approvisionnement, il devra définir le modèle économique d’achat du gaz (station publique ou privé, dans les dépôts ou hors dépôt de bus) et le calendrier associé.

Pour les sites d’approvisionnement nécessitant la création d’une station gaz, il aura aussi en charge la définition du montage opérationnel (investissement public ou privé, maîtrise d’ouvrage, conduite d’opération) et l’obtention des autorisations administratives et des subventions potentielles.

Le nouvel agent aura aussi en charge la construction pour les lignes urbaines (bus diesel et électriques) d’un nouveau dépôt de bus qui sera situé plaine de Baud.